• Accueil

ARBRE :


L'Arbre est le symbole de la vie, de la mort et de la régénération.
Il réunit les quatre éléments:
l'eau circule avec sa sève, l'air nourrit ses feuilles,
la terre s'intègre à son corps par ses racines
et le feu jaillit de son frottement.


...Entrer dans le cercle à tout moment et progresser...

désert, marcher en profondeur vers soi,
chaque pas invite à contacter la force de vie liant la terre et le ciel,
chaque pas invite à sentir le rythme de l'instant
selon l'EN-VIE de large, de loin, de vrai, de fort, de silence...

Se laisser gonfler de joie et chanter la vie d'un souffle généreux.

La marche, le geste, la forme captent la pureté d'un chant de lumière...

desertComme un arbre, marcher
"d'un pas de racine" vers le haut
vers le bas
et s'abreuver d'air pur,
d'essence originelle.

Cercle de vie, roue cosmique
rotation terrestre
pluie d'étoiles pour arroser
les herbes sous mes pas.
Rayons de soleil pour éclairer
mon regard :
Printemps, été, automne, hiver ...
Je suis bercée de saison en saison
de vents en vents
et je re-nais sans cesse.

Jaillir et danser
bondir et s'envoler
virevolter et s'élancer.
Tourner, tourbilloner
Sauter et glisser
Chanter et vibrer
S'étirer, descendre, s'allonger
S'ouvrir et monter
Se recroqueviller, se dilater
respirer, espérer, frissonez
s'amuser.

Trésors de la terre et du ciel
... feu ... terre ... métal ... eau ... bois ...
entrelacés

Aimer
et
Vivre

Aimer vivre !!!

Patricia Repellin


"Vivre chaque instant sans attente, sans attachement,
simplement inspirer le moment présent et expirer pour vivre le suivant"
...





"L'arbre est un être vivant, mais d'une vie toute différente de celle de l'animal.
Quand nous respirons, nos muscles gonflent notre poitrine qui s'emplit d'air.

Puis nous expirons.

Aspirer, expirer, c'est une décision que nous prenons tout seuls, solitairement, arbitrairement, sans nous occuper du temps qu'il fait, du vent qui souffle, ni du soleil ni de rien.

Nous vivons coupés du reste du monde, ennemis du reste du monde.
Au contraire, regardez l'arbre.
Ses poumons, ce sont ses feuilles.
Elles ne changent d'air que si l'air veut bien se déplacer.
La respiration de l'arbre, c'est le vent.
Le coup de vent, c'est le mouvement de l'arbre, mouvement de ses feuilles, tigelles, tiges, rameaux, branchettes et enfin mouvement du tronc.
Mais il est aussi aspiration, expiration, transpiration.
Et il y faut aussi le soleil, sinon l'arbre ne vit pas.
L'arbre ne fait qu'un avec le vent et le soleil, il tète directement sa vie à ces deux mamelles du cosmos, vent et soleil.

Il n'est que cette attente ; il n'est qu'un immense réseau de feuilles tendu dans l'attente du vent et du soleil.
L'arbre est un piège à vent, un piège à soleil.

Quand il remue en bruissant et en faisant fuir des flèches de lumière de toutes parts, c'est que ces deux gros poissons, le vent et le soleil, sont venus se prendre au passage dans son filet de chlorophylle..."

Michel Tournier, La Fugue du petit poucet.